Le monde ancien s’en est allé…

2015-12-20 - Abbe Leo Palm

Homélie de l’abbé Leo Palm pour le 4ème dimanche de l’Avent (Année C), le 20 décembre 2015

Le monde ancien s’en est allé !

Lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi !

Quelle merveilleuse rencontre : à peine enceinte, Marie se met en route rapidement pour visiter sa cousine Elisabeth qui attend aussi un enfant. Elle, si avancée en âge et qu’on appelait la femme stérile, elle est enceinte de six mois, car rien n’est impossible à Dieu. Cette rencontre entre la vieille Elisabeth et la jeune Marie nous permet d’assister à un événement-charnière : Le monde ancien s’en est allé, un nouveau monde est déjà né, dit un chant de l’Avent avec beaucoup de justesse. Oui, nous sommes témoins de la naissance d’un monde tout neuf : l’ancienne alliance cède le pas à la nouvelle, l’Ancien Testament est emporté et assumé dans le Nouveau. Lire la suite

Publicités

Ouverture de la Porte Sainte : reportage d’une pèlerine

Ce dimanche, je me suis rendue à la source du sanctuaire de Banneux pour l’ouverture de la Porte Sainte. Arrivée avant l’heure, j’ai pu observer un spectacle, plutôt amusant.

Un homme prend en photo une dame, les mains poussées dans l’eau, le regard dirigé vers lui avec un sourire jusqu’aux oreilles, ensuite le couple se fait photographier devant la source, tout en parlant à voix assez élevée ; quelques instants plus tard, arrivent trois randonneurs, sac au dos et grosses chaussures. Avant de se pencher face aux différents robinets pour y laver leurs godasses, ils effectuent leur séance d’étirements, tout en bavardant, comme s’ils étaient sur un terrain de sports. Un petit chien fait la connaissance d’un copain à quatre pattes, pendant que les maîtres parlent bien fort des qualités de leur toutou.

Quelques minutes avant 15 heures, une voix commence un Je vous salue Marie et induit une véritable métamorphose. Toutes les distractions sont étouffées par la prière. L’atmosphère devient calme, favorable au recueillement.

Un prêtre, le lectionnaire couvert d’une icône du Christ Pandokrátor, arrive en tête d’une longue procession de prêtres et de fidèles.

L’évangile de la brebis égarée est lu dans les trois langues. (Luc, 15, 3-7). Un frère de Saint-Jean puise de l’eau à la source, eau qui sera bénite au début de l’office, avant d’être utilisée pour en asperger l’assemblée. Lire la suite